Alexandre Barrette : Texte : rupture amoureuse

0
4339

Un de mes meilleurs amis vit une rupture amoureuse. J’essaie d’être là pour lui. J’observe que plusieurs personnes autour de moi sont là dedans actuellement. J’ai beaucoup d’empathie et de compréhension pour eux. On sait jamais quoi leur dire à part que le temps va régler les choses.

Février est un féroce adversaire quand tu vas pas bien.
Un mois, petit, mais interminable. Froid, sadique. Avec au milieu la «fête de l’amour» comme pour narguer ceux qui sont seuls.

Comme n’importe qui, je suis déjà passé par là. J’en parle brièvement dans mon spectacle, la dernière rupture a été assez rude.

Un round avec GSP.
Un osti de long serpent à «Serpent et Échelles».
Un «Check Engine» sur le cœur.
Une période de dompe royale.
Pas dormir la nuit, jamais manger. Et une fois de temps en temps, m’enfiler une pizza pochette. Essayer d’aller au gym mais être tellement décalissé que je me ramassais à faire du rameur. Le rameur : l’appareil cardio des gens louches.

Je ramais tellement pas vite. Des fois je tombais dans la lune, j’arrêtais de ramer.

Être immobile sur une chaloupe l’été en plein milieu d’un lac, t’as l’air de profiter de la vie.
Être immobile sur un rameur au gym. T’as l’air d’un osti de freak.

Les entraineurs de gym sont pas outillés pour gérer un gars qui a les yeux plein d’eau, immobile sur le rameur.

Dans une compétition d’aviron, j’aurais terminé en avant dernière position. Tout juste devant le canard mort.

Bref, février 2015, un mois qui ne sera pas gardé dans le montage final du film de ma vie.
Mais comme n’importe qui, j’ai passé à travers. Et toi qui lis ça qui est dedans, tu vas passer à travers. Parce que comme tout le monde, t’es n’importe qui toi aussi.

Si je peux te donner un conseil, prends le bonheur par les cornes! Provoque le bonheur. Fais toi des tacos. C’est mexicain, c’est festif ! Impossible de pleurer en mangeant des tacos.

Si je travaillais chez Tel-Jeunes, je donnerais toujours ça comme conseil, «fais toi des tacos le plus souvent possible». C’est pour ça qu’y m’engagent pas chez «Tel-Jeunes».

Pousse ça à l’extrême! Prend toi un shooter de tequila. Pis fais le p’tit rituel festif «shooter, sel sur le poignet et citron» même si t’es seul. Le bonheur y croira même pas que t’ose ça seul. Y va te trouver arrogant, y va être curieux, y va venir faire son tour.

Aussi, oublie pas que ta relation était pas parfaite. La preuve, elle est finie. On a tendance à idéaliser.
Une relation amoureuse, c’est comme les voyages. Des fois pendant que t’es dedans, c’est tough, c’est stressant, c’est éprouvant, on voudrait rentrer chez nous. C’est pas que du beau.
Mais quand tu reparles de ton voyage 2 mois après, mon Dieu que tout était parfait hein!
Même chose avec une relation.

Tu vas ptete vouloir reconquérir ton ex et essayer un moove éclatant, une preuve d’amour ultime. Oublie ça !
Une relation amoureuse et le romantisme, c’est comme la soie dentaire, faut que ca soit fait régulièrement.
Si tu t’es pas passé la soie dentaire pendant un an. Ça sert pu à rien de te la passer pendant une heure la veille de ton rendez vous chez le dentiste. Tu vas pas effacer les caries. Tu vas juste saigner comme un cochon.

Apprends de tes erreurs. Si erreurs il y a eu.
Et y’a d’autres humains magnifiques qui t’entourent. Et qui vont te faire rire, qui vont t’écouter, qui vont te frencher. Des gens que tu connaissais déjà et d’autres que t’aurais ptete jamais rencontrés si t’avais pas vécu ça.

Chaque minute qui passe est du sable qui sort du gros sablier de tristesse.

Le temps passe. Le temps passe, pis à un moment donné, sans t’en rendre compte, ça sera un soir de mai. Tu vas rouler en voiture. Ça va être «La tribu de Dana» qui va jouer. Tu vas laisser ta main balloter et faire des vagues dans le vent comme une ptite fofolle. Pis tu vas réaliser que t’es bien, et que t’es heureux. Et que la vie est belle !

FACEBOOK : Alexandre Barrette